Dans ce jardin-là...

il n’y avait ni fleur, ni fourmi, ni feuille, ni fil d’or

Celle qui touche les pierres était simplement assise au milieu du milieu, le nez en l’air et les yeux en terre. C’est donc de la terre plein le yeux qu’elle décida  soudainement, mais fermement, de ne plus JAMAIS se perdre! C’était un de ces matins où le temps reste suspendu et où il n’y avait ni avant … ni après et cela l’arrangeait  complètement car avant … c’est embêtant et après … après tout … On s’en fou!

Elle s’était perdue à l’intérieur comme à l’extérieur, n’avait plus reconnu les frontières ni à l’intérieur, ni à l’extérieur, ne savait pus si cet intérieur-là et si cet extérieur-là existaient encore, s’ils lui avaient appartenu un jour et pourquoi le ciel si beau et si bleu avait disparu de son horizon.

Mais l’horizon n'a pas toujours raison. 

Une fois il est bon, une fois il est beau une fois il est bleu et une fois il est bleau sommes-nous bien d'accord ?

D’autres fois, comme aujourd’hui, pour celle qui touche les pierres, l’horizon se réduit à la pâquerette qui se dresse à raz la cervelle, c’est le ciel à l’envers, c’est la terre par-dessus la tête et c’est l’air de rien, pas d’air … zéro oxygène, manque d’inspiration et plus d’expiration possible!

Calme-toi ma belle, Celle que les pierres touchent va venir aider, Celle qui touche les pierres. Il suffit juste de relâcher les ailes de tes narines, celles de tes poumons et celles de ton coeur pour que la circulation se rétablisse.

C’est pourtant, dans ce jardin-là que CQTLP (Celle Qui Touche Les Pierres) a pu relier les racines de ses pieds aux racines des arbres majestueux qui jouaient  à ses côtés avec l’ombre et la lumière.

Et c’est aussi à cet instant-là, posée maintenant à même la pierre, qu’elle a pu relier  par chacun de ses cheveux, son âme au ciel qui lui murmure: «Relève la tête, essuie tes larmes et repose-toi. La paix et la joie sont à l’intérieur … de toi, de ta tête, de ton coeur, et de tes mains. La douceur s’y est bien installée aussi. Tu peux respirer … librement, calmement et cette petite musique vient à tes oreilles et à ton ventre que tu as dans la tête et à ta tête que tu as dans ton ventre ma PCCM (Petite Chérie Cro-mignone) et ce n’est pas les cro-magnons qui vont me contredire une fois de plus! Je sors de la grotte toute seule, lâchez-moi donc la tignasse … MERCI !

 bleu texte

C’était le coup de gueule des Samourelles
un soir d’orage après la pluie.